Avec la Terre comme témoin: Déclaration internationale des enseignants du Dharma sur les changements climatiques

Recherche d’appui par les enseignants et les membres de la Sangha à travers le monde

Cette Déclaration existe aussi en chinois (traditionnel et simplifié), espagnol, thaï, allemand, italien et anglais. Si vous désirez proposer d’autres versions de ce texte, veuillez nous contacter.

Les changements climatiques représentent le plus grave problème auquel l’humanité doit faire face aujourd’hui. Cela affecte déjà l’économie mondiale, nos écosystèmes et les populations à travers le monde. Si nous n’y voyons pas, les souffrances engendrées par cette situation seront immenses.

Des enseignants du Dharma en provenance de l’Afrique, de l’Europe, de l’Asie, du Canada et des États-Unis se sont réunis pour rédiger cette Déclaration qui décrit la compréhension bouddhiste des causes des changements climatiques et des moyens de réduire au maximum ses conséquences tragiques. À ce jour, plus d’une centaine d’enseignants de tous les coins du globe ont signé cette Déclaration. Les enseignants recherchent l’appui d’autres enseignants et des membres de la Sangha à travers le monde. Ils espèrent que leur signature soit garante de leur engagement à trouver des solutions à cette crise du climat, sur le plan individuel et collectif. Les enseignants souhaitent également que les signataires utilisent cette Déclaration pour transmettre la vision de la communauté bouddhiste sur les changements climatiques [dans leurs discussions interreligieuses, débats politiques ou toute autre plateforme publique].

Une première version de ce texte a été publiée sur notre site lors de sa rédaction. Tous les commentaires ont été considérés pour la rédaction de la déclaration finale. Nous vous invitons à signer cette Déclaration. Nous accueillerons vos suggestions et commentaires sur son contenu et ses implications au sein de nos communautés. Vos idées sont les bienvenues. Écrivez vos commentaires ici ou envoyez-les à : connect@1earthsangha.org

Photo gracieuseté de Roland Marte (Flickr: rolandmarte)

Avec la Terre comme témoin:
Déclaration internationale des enseignants du Dharma sur les changements climatiques

Aujourd’hui, l’humanité entière fait face à une crise du climat sans précédent, d’une magnitude quasi inimaginable. L’escalade des changements climatiques affecte et affectera notre environnement de façon si radicale que notre Terre semble forcée d’entrer dans une nouvelle ère géologique. Ces changements engendreront des souffrances inconcevables pour toutes les formes de vie sur terre, incluant les humains. Il est impératif d’abaisser de façon importante les émissions de gaz à effet de serre (GES) et de mettre en place d’autres actions pour réduire les effets de ces changements climatiques à des niveaux raisonnables. Mais des changements encore plus fondamentaux sont aussi nécessaires. Cette déclaration offre la possibilité de réfléchir à ces changements, d’en identifier les causes à la lumière des enseignements du Bouddha — le Dharma — afin de suggérer des solutions pour résoudre cette situation critique et d’en réduire le potentiel destructeur.

Le Dharma affirme que, pour chaque problème à résoudre, nous devons commencer par prendre conscience de la réalité et reconnaitre la souffrance présente. Même si cette réalité est bouleversante et douloureuse, nous devons reconnaitre que, sans une réduction rapide et radicale de notre utilisation des énergies fossiles et un accroissement de nos efforts pour encourager le stockage du carbone, une augmentation des températures moyennes du globe de près de 2 °C, voire plus, est à prévoir. Cette augmentation engendrera inévitablement de grandes souffrances et la mort de millions d’êtres humains à travers le monde ainsi que l’extinction de plusieurs espèces. Sans compter tous ceux qui subiront de graves traumatismes et dont l’équilibre physique, émotionnel et psychologique sera menacé par ces changements brutaux. Ces tensions créeront à leur tour une instabilité sociale et politique. De manière tout à fait injuste, ce seront les populations les plus vulnérables, à faible revenu, les individus victimes d’oppression et d’intimidation, ceux qui contribuent le moins au phénomène des changements climatiques, qui seront les plus touchés par ses contrecoups. Et, aussi inquiétant que cela soit, si nous n’apportons pas maintenant les changements nécessaires dans les secteurs de l’énergie, de l’agriculture, de l’industrie, de la foresterie et des transports ainsi que dans notre façon de consommer, dans quelques décennies seulement, des changements irréversibles se produiront et déstabiliseront les fondements mêmes de notre civilisation. Nous devons reconnaitre la véracité et l’importance de ces faits. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons commencer à entrevoir des solutions.

Le Dharma nous enseigne l’origine et les causes de notre souffrance. La grande majorité des scientifiques d’aujourd’hui s’entendent pour dire que, sur le plan physique, les changements climatiques sont causés par l’utilisation passée et présente des énergies fossiles et les gaz à effets de serre qu’elles génèrent. Une gestion destructrice de nos terres, comme la déforestation massive, en est aussi en partie responsable en diminuant la capacité de la nature de capter le carbone. Le Dharma nous apprend cependant que, dans l’esprit humain, ce sont les forces de l’avidité, de l’aversion et de l’ignorance qui sont à la source de nos plus grandes souffrances. Tout comme ces facteurs mentaux ont conduit, à travers le temps, à l’oppression, aux abus et à l’exploitation de populations autochtones et d’autres peuples qui ont été maintenus à l’écart de la richesse et du pouvoir, les forces de l’avidité, de l’aversion et de l’ignorance sont aussi à la source du phénomène des changements climatiques. Cette situation, aussi alarmante soit-elle, offre à l’humanité une opportunité sans pareille. Elle nous donne l’occasion de comprendre à quel point les forces mentales de l’avidité, de l’aversion et de l’ignorance peuvent causer des dommages aux autres et à l’environnement quand elles ne sont pas reconnues. Porté par nos sociétés industrielles, le désir insatiable de richesse et de puissance a eu pour conséquences la destruction irréfléchie de notre terre et de nos cours d’eau, l’utilisation abusive des énergies fossiles, l’accumulation d’une énorme quantité de déchets toxiques et la création de nombreuses pratiques nocives pour le climat de notre planète. Il est toutefois possible, en reconnaissant d’abord en nous ces schémas mentaux, d’entrevoir des solutions aux causes externes des changements climatiques.

Le Dharma nous encourage à garder espoir en nous enseignant qu’il est possible de surmonter l’avidité, l’aversion et l’ignorance. La crise du climat peut nous servir de catalyseur pour reconnaitre les conséquences de notre désir effréné de posséder de plus en plus de pouvoir et de richesses matérielles, et pour réaliser que nous devons modifier nos croyances, nos attitudes et nos comportements. Elle peut nous offrir l’opportunité de nous conscientiser sur les processus naturels de la Terre afin de mieux connaitre les limites écologiques de notre planète et de comprendre qu’il ne faut pas dépasser certains seuils si on souhaite la protéger. En apprenant de nos erreurs, nous pouvons développer des sociétés plus équitables, plus humaines et plus conscientes qui génèreront un bien-être individuel autant que collectif tout en réduisant les changements climatiques à des niveaux raisonnables.

Le Dharma propose également une série de principes et de pratiques que nous pouvons suivre dans le but de diminuer les changements climatiques et les souffrances qu’ils engendrent.

Le premier principe est la sagesse. Dès maintenant, et pour les siècles à venir, nous devons non seulement reconnaitre les causes externes des changements climatiques, mais aussi les causes internes et leurs répercussions désastreuses. Pour agir avec sagesse, nous devons, individus et sociétés, avoir la ferme intention de faire tout en notre pouvoir, quel que soit le prix à payer, pour réduire cette crise du climat à des niveaux raisonnables et, avec le temps, redonner à notre planète une certaine stabilité.

Le deuxième principe du Dharma est le comportement éthique, motivé par un sentiment de compassion envers toutes les formes de vie. Nous devons prendre un engagement moral ferme à adopter des façons de vivre qui protègent le climat et aident à revitaliser les écosystèmes de notre planète. Dans notre vie quotidienne, nous devons incarner les valeurs du contentement, savoir reconnaitre qu’une fois nos besoins de base satisfaits et un certain confort atteint, toute accumulation de richesses matérielles et de pouvoir est superflue et n’apporte pas le bonheur. À plus grande échelle, nous devons assumer notre responsabilité morale et nous unir pour lutter contre les intérêts personnels qui s’opposent aux changements nécessaires. Nous devons demander une refonte en profondeur de nos institutions politiques, sociales et économiques de manière à ce qu’elles aient pour mission de protéger la planète, tout en offrant un soutien juste et équitable à nos communautés. Nous devons insister auprès de nos gouvernements et des entreprises pour qu’ils contribuent à la stabilisation de notre climat et à la santé globale de notre environnement, dès maintenant et pour les années à venir. Nous devons exiger de nouveaux objectifs planétaires de réduction des émissions de gaz à effet de serre et nous assurer qu’ils sont respectés.

Le troisième enseignement du Dharma, celui qui rend tous les autres possibles, est l’attention. Elle nous permet d’accroitre notre conscience et de mieux gérer nos désirs et nos émotions ainsi que les pensées et comportements qu’ils génèrent. Jour après jour, nous développons notre capacité à observer avec de plus en plus de précision et de clarté la création de la souffrance pour nous-mêmes, pour les autres, pour notre climat. Par la pratique de l’attention, nous renforçons notre aptitude à changer notre point de vue afin de penser et d’agir de façon constructive. L’attention nous amène à prendre conscience de notre interdépendance avec les autres et notre environnement, des valeurs qui encouragent la dignité humaine au lieu de l’aliénation des êtres humains, des animaux et de la nature imposée par la course effrénée pour obtenir toujours plus de richesse et de pouvoir.

Chacun de nous, en prenant conscience de la responsabilité qu’il a de protéger la planète en suivant la voie du Dharma, peut se sentir dépassé par l’ampleur du défi à relever. Mais nous pouvons puiser nos forces dans l’action collective. Nous devons agir ensemble, les communautés bouddhistes main dans la main avec les communautés d’autres traditions et confessions religieuses ainsi qu’avec des organismes laïques luttant pour les changements sociaux. L’Histoire nous a démontré plus d’une fois qu’en conjuguant nos efforts et en unissant nos voix dans un mouvement collectif, ce qui nous semblait impossible s’est un jour réalisé.

Quand nous nous rassemblons pour célébrer notre amour pour cette Terre et tous les êtres vivants qui l’habitent et que nous nous tenons debout pour surmonter les forces de l’avidité, de l’aversion et de l’ignorance, nous réclamons notre propre équilibre intérieur et pouvons vivre plus près de la vérité du Dharma. Ensemble, nous pouvons aspirer à offrir à nos descendants et aux autres espèces une planète saine où il est possible de vivre. Individuellement et collectivement, nous respecterons le précieux legs du Dharma et honorerons nos plus sincères aspirations à servir et à protéger toutes les vies.

Traduction française, Julie McClemens. Révision, Joanna Gruda. Centre de méditation Voie boréale, Canada.


Tous sont invités à signer cette déclaration. Les enseignants du dharma peuvent signer ici. Praticiens Sangha peuvent signer ici.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *